0x02.05 - Acceptée ?

Erin prit une inspiration, enleva son casque de VR et revint dans le monde réel un peu déçue. Elle n'avait pas atteint le centième levé de soleil qui marquerait la fin de la partie.

Edar @ pixabay
Edar @ pixabay

Elle était pourtant sur une bonne dynamique ; elle avait programmé ses robots pour communiquer grâce aux nombreux éléments décoratifs du jeu ce qui leur avait permit de s’organiser et se coordonner sans avoir besoin d’ordres de sa part.

Malheureusement, sa simulation s'était plantée au 73ème couché de soleil. L'image s'était figée peu après l'arrivée des premiers monstres et le système refusait obstinément de réagir depuis. Vu l'odeur de poussière chaude, le matériel avait du souffrir…

— « Mademoiselle, vous voulez bien me suivre s’il vous plait ? Les organisateurs aimeraient s’entretenir quelques minutes avec vous. »

Il n’avait pas fait de bruit en entrant dans la salle et Erin ne savait donc pas depuis quand il était là ni s’il était au courant pour l’état de son matériel. Son ton était poli mais indiquait clairement qu’elle serait plus inspirée de le suivre.

— « Oui, bien sûr », répondit-elle.

Elle le suivi dans les couloirs, jusqu’à une salle occupée par les organisateurs. Certains étaient penché sur des les questionnaires du matin tandis que d’autres surveillaient un mur d’écrans montrant des vues aériennes des parties en cours des autres participants.

On y voyait clairement leurs camps, identiques, au centre de chaque l’écran. La nuit commençait à tomber car on distinguait les icones des monstres converger pendant que les robots se déployaient, les uns pour se cacher, les autres pour défendre la colonie.

On lui proposa un siège face à un bureau, en face d’une femme penchée sur un dossier portant son nom. Lorsqu’Erin pris place, elle releva la tête.

— « Bonsoir mademoiselle. Je suis heureuse qu’on ai pu vous trouver avant que vous ne partiez. Comme vous pouvez le voir, mon équipe est déjà à pied d’œuvre afin de décortiquer les résultats des participants au concours. Et je dois vous dire que vos résultats sont assez impressionnants.

— Euh… Je vous remercie.

— Tout d’abord, félicitations. Vos résultats aux tests informatiques sont remarquables. Vous avez de bonnes connaissances dans de nombreux sujets. Mais je dois vous dire que ce qui m’a interpellé, c’est votre résultat à l’épreuve pratique.

— Ah bon ? répondit Erin. Moi qui pensait avoir échoué. Il me restait encore 27 nuits à passer pour finir la partie si j’ai bien compté.

— Oui, en effet. Mais seulement si on se borne à se défendre contre des monstres. Or, vous êtes la seule à être passée à l’attaque si je puis dire.

— Oh.

— Bien sûr, regardez, dit-elle en lui montrant le mur d’écran, que voyez-vous ?

— Et bien ils ont tous bâti des fortifications qui entourent leurs camps et des tours pour leur tirer dessus sans être atteint. Ils vont pouvoir tenir le siège toute la nuit et s’ils réparent en journée, ils sont bien partis pour gagner.

— En effet, ils sont sur la bonne voie. Mais regardons votre partie si vous me le permettez. Voici les dernières secondes que nous avons pu obtenir avant que votre matériel ne défaille. »

L’ensemble du mur d’écran clignota le temps d’afficher une seule vue aérienne. Erin reconnu, au centre, son camp et devina le décors placé par ses robots. Autour, les trois extensions qu’elle avait construites pour gonfler son économie et les robots empruntant les routes reliant les bases.

En prenant du champ, Erin vit aussi les autres extensions que ses robots avaient ensuite appris à construire d’eux-même et les routes commerciales correspondantes. Il y en avait partout à l’écran, en fait, tous les écrans en étaient parsemés.

— « Je ne m’étais pas rendue compte de l’ampleur de mes colonies, on dirait une fourmilière, dit Erin,

— C’est le termes, effectivement, un algorithme de colonies de fourmis. Nous avons été impressionnés par votre idée d’utiliser ces éléments inutiles de décoration comme des phéromones pour contourner les limites de communications des robots que nous avions imposées.

— J’avoue que je n’y ai pas pensé sur le coup, je me suis dit qu’il serait plus pratique pour moi si les robots pouvaient s’organiser…

— Et ça a très bien fonctionné. D’après nos premières analyses, il faudrait quadrupler la taille de ce mur d’écran pour avoir une idée de l’ampleur de votre colonie. Vos robots se sont répandu comme une onde et leur croissance démographique est exponentielle. Si votre ordinateur n’était pas tombé à court de mémoire, le processeur aurait du se mettre en arrêt d’urgence pour ne pas surchauffer.

Vous avez réussi à penser en dehors du simple test, et c’est remarquable. Surtout vu vos réponses aux tests psychologiques. J’ai rarement vu quelqu’un penser de manière aussi atypique.

— Euh ? Et c’est bien ? demanda Erin.

— Dans notre cas, oui. Nous cherchons différents types de profils pour notre école, et nous avons besoins de personnes qui sont capables de penser différemment, ce qui devrait grandement faciliter l’accès à notre dernière technologie.

— C’est à dire ?

— Je ne peux pas vous dire grand chose pour le moment. Pour des raisons de confidentialité. En tout cas, félicitations, vous pouvez intégrer l’Académie, lui dit-elle en lui tendant un contrat. Il s’agit de votre contrat d’admission à l’Académie. »

Erin attrapa le contrat. Tout avait déjà été rempli à son nom avec de longs paragraphes sur les clauses de confidentialité, ce qu’elle aurait le droit de dire et de faire, etc.

— « Vous pouvez le prendre, je ne vais pas vous demander de le signer dès aujourd’hui. Prenez le temps de le lire, et si vous êtes toujours intéressée, n’hésitez pas à le renvoyer à l’adresse écrite en dernière page. Bon, je vais vous laisser désormais, je crois que vous avez une longue route pour rentrer chez vous ».