0x05.02 - En soirée

Les cours venaient de finir et il leur restait deux heures avant la représentation. Phyl et Erin s’étaient mis d’accord pour se retrouver juste devant le théâtre, afin que Erin puisse passe un bout de soirée avec Cerise.

Bev_E @ pixabay
Bev_E @ pixabay

Erin ne savait pas trop si c’était à cause de elle et de Phyl ou à cause de l’opération, mais depuis un moment, Cerise avait perdu un peu de son entrain. Elle aurait aimé retrouver son amie d’avant et espérait que la foire allait la redynamiser.

Les filles se dirigèrent vers leur chambre, et passèrent un moment à parler de tout et de rien, puis allèrent au réfectoire, qui exceptionnellement était ouvert plus tôt ce jour-là.

Une fois leur repas avalé, elles sortirent regarder les installations sur le champ de foire. Pour des raisons de sécurité, parce qu’il y avait plein de tentes et de bâtiments éphémères en construction, l’accès n’était pas encore autorisé. Mais il était possible d’aller observer l’installation d’un peu plus loin.

— « Personnellement, je changerai bien mes vêtements », dit Cerise.

Erin sourit, Cerise lui en avait déjà parlé une plusieurs fois cette semaine.

— « Oui, ça pourrait être sympa de faire les boutiques ensemble, répondit Erin.

— Oui, ça serait cool. Mais je pensais que tu allais surtout parcourir la foire avec Phyl.

— Oui, aussi, mais ce n’est pas une raison pour ne pas faire de sortie avec ma meilleure amie, lui dit Erin.

— Et ce n’est surtout pas parce que ça flotte entre vous deux en ce moment... En tout cas, ça me ferait plaisir », répondit Cerise.

Cerise sourit. C’est vrai que depuis qu’Erin était avec Phyl, les deux filles faisaient moins de choses ensemble.

— « OK, on fait ça. Ça me fera le plus grand bien de faire une sortie avec toi. Et toi, c’est quoi que tu aimerais aller voir ?

— Moi, répondit Erin. Je sais pas trop. Les éléments culturels. J’espère bien qu’il y aura des stands de bouquins, des stands de musique…

— Oui, c’est vrai que la programmation culturelle de la ville se répète beaucoup. Mais bon, je serais toi, je ne me ferais pas trop d’illusions non plus. Tous les bouquins qui vont rentrer pour l’occasion seront passés par la censure de l’Académie, donc il y a peu de chance que tu trouves quelque chose de différent que dans nos bibliothèques.

— Oui, je sais. »

Les filles observèrent encore la construction de la foire. Leur regard tomba ensuite sur les autres élèves, qui étaient eux aussi venus observer le montage des tentes. Elles n’étaient pas les seules à être sorties tôt pour aller voir la construction des bâtiments.

— « Je pense que demain, ça risque d’être la guerre sur la place de la foire, dit Cerise.

— Comment ça ? répondit Erin.

— Ben, imagine. On est 50 dans notre «classe», et il y a 5 classes dans notre dôme. Si on considère que les autres classes ont à peu près le même nombre d’élèves, ça fait environ 250 personnes dans le dôme France, rien qu’en comptant les élèves. Si on considère que la France est un des pays les plus peuplés de l’UE, et que du coup, notre dôme est l’un des plus gros, on doit bien être dans les 2000 élèves au total, à la louche. Peut être un peu moins, je ne connais pas par cœur la population de tous les pays… Et puis, on peut aussi rajouter les profs, l’intendance, etc… Ca fait pas mal de monde sur le campus. Et ce que je sais, c’est qu’on en a tous marre de voir toujours la même chose, donc on sera super nombreux demain à parcourir le champ de foire.

Et puis, grâce à l’implant, il est désormais possible d’obtenir la traduction, en instantané de toutes les langues. Donc on sera tous à se partager tous les stands.

— Pas faux », répondit Erin.

Les jeunes filles se dirigèrent vers le théâtre, qui avait été monté un petit peu à l’écart du champ de foire.

Là-bas, elles retrouvèrent Phyl, puis passèrent un grand moment dans la fille d’attente. Le théâtre avait une capacité limité, et ils s’y étaient pris en avance pour être sûrs d’avoir une place.

Le théâtre joua ce soir-là une comédie romantique. La soirée fut agréable, bien que courte. Un grand nombre du personnel de la petite ville avait été réquisitionné pour monter les tentes. Du coup, il n’y avait rien à faire en cette fin de soirée, et les jeunes gens retournèrent rapidement au dôme, se souhaitèrent bonne nuit et partirent se coucher.