0x07.03 - Le moment où tout bascule

Et puis, ce fut le blanc. Le blackout tant redouté… Cerise, inquiète avait appelé du secours et Erin fut transporté à l’hôpital. Là, les médecins firent une mise à jour de son implant, et tout le flou autour d’elle s’estompa.

analogicus @ pixabay
analogicus @ pixabay

Erin ne fut pas autorisée à retourner dans sa chambre avant plusieurs heures. Lorsqu’elle y retourna, elle se connecta rapidement au darknet. Elle alerta Kwier.


<Pathfinder> Salut Kwier. Mauvaise nouvelle, j’ai passé une partie de la journée à l’hôpital.

<Kwier> J’étais inquiet pour toi, tu n’es pas venu à l’heure fixée.

<Pathfinder> Oui, à ce moment-là, ils étaient en train de faire la mise à jour de mon implant. Kwier, j’ai peur ! Je n’ai plus beaucoup de temps.

<Kwier> Oui, je sais.

<Pathfinder> Kwier ! Je ne veux pas que ça arrive. Je ne veux pas finir comme ça !

<Kwier> Pathfinder, la team et moi, on a mis au point un petit tool. Grâce aux données que tu nous as fournies, on pense avoir compris le protocole de communication avec l’implant. Du coup, tu devrais pouvoir accéder à ton implant, et supprimer la routine de contrôle.

<Pathfinder> Et si ça marche pas ?!

<Kwier> Si ça ne marche pas, voici les plans pour faire une micro bombe EMP. Ça cramera tout ce qui est appareils autour. Par contre, tu as intérêt à te faire discrète après ça, car ton implant ne marchera plus, et tu vas te faire remarquer.

<Pathfinder> Je prendrais le risque. Tout sauf devenir un zombi.

<Kwier> Essai le premier truc d’abord.

Kwier DCC tool.tgz

Kwier DCC EMP.pdf

<Kwier> Le premier fichier contient la dernière version de notre outil pour désactiver l’implant, le deuxième, le schéma de la bombe EMP.

<Pathfinder> OK. Merci.

<Kwier> Soit prudente.

<Pathfinder> Toujours.


Erin se déconnecta. Elle décompressa l’archive fournie et jeta un œil au code de Kwier.

Ce bout de code devait lui permettre d’accéder à l’implant. Par rétro-conception du proto, et par analyse statistique, ils avaient réussi à comprendre le protocole utilisé et s’interfacer avec l’implant. Apparemment, il ne leur manquait que le mot de passe qui protégeait l’accès.

Une fois le mot de passe entré, ils ne savaient pas trop ce qu’il y avait derrière. S’ils avaient eu plus de temps, ils auraient pu trouver le mot de passe de l’implant d’Erin et étudier ce qu’il y avait derrière.

Mais comme ils n’avaient pas le temps, le programme de Kwier devrait donc se connecter à l’implant, communiquer avec lui jusqu’à l’introduction du mot de passe.

Il devait ensuite bruteforcer le mot de passe, puis, puisqu’ils ne savaient pas ce qu’il y avait derrière, une mini IA devait prendre la main si Erin ne pouvait pas, afin d’obtenir au plus vite les informations nécessaire afin de déconnecter la partie contrôle de l’implant.

Elle regarda ensuite le schéma de la bombe EMP. Elle n’avait pas ce qu’il fallait sous la main. Et une intuition lui disait qu’elle n’aurait pas le temps de réunir ce qu’il lui fallait.

Il devait donc utiliser l’outil de Kwier, même s’il n’était pas testé, même si la dernière partie serait laissée à une I.A. Car le temps pressait. Et comme il pressait, autant tester tout de suite. Pourquoi attendre ?

Erin se connecta à son ordinateur via l’implant. Elle lança pour la troisième fois de la journée l’obfuscateur et puis l’outil que Kwier venait de lui envoyer.

Et elle patienta. Elle pouvait voir que le programme était en train de bruteforcer l’accès à son implant. Mais il était tout à fait probable que cela prendrait plusieurs heure, peut être même plusieurs jours… Il ne serait peut-être même pas possible de bruteforcer s’ils avaient mis un mot de passe suffisamment long.

Mais Erin n’avait rien à faire et préférait rester optimiste. Déjà, elle était censée se reposer le reste de la journée, dixit les médecins. Donc, si elle ne se présentait pas en cours, ça serait normal. Cerise risquait de passer, mais elle mettait un point d’honneur à ne jamais venir voir ce que faisait Erin sur son ordinateur.

Le pourcentage de mots de passe testés avançait. Heureusement qu’il n’était pas venu à l’idée des concepteurs que quelqu’un chercherait à accéder à l’implant… Il existait des moyens de ralentir, voir même de contrer le bruteforce; S’ils avaient mis un délai entre les tentatives de connexion, ou banni l’adresse IP se connectant, ou tout autre mesure du genre, ça aurait été impossible de trouver le bon mot de passe. Et elle ne pouvait pas laisser l’implant ici, laisser le programme tourner et aller faire autre chose…

Enfin, un point positif : s’ils n’avaient pas envisagés qu’on se connecte à l’implant, il y avait des chances que le mot de passe ne soit pas trop long.

La demi-heure se terminait. Et le mot de passe n’avait pas été trouvé. Erin, arrêta le programme la mort dans l’âme. Elle ne pouvait pas prendre le risque de se faire découvrir si près du but.