0x0e.02 - Dans le monde virtuel

Dans les jours suivants, ils comparèrent la démo aux programmes récupérés par Erin dans le serveur principal de l’Académie. Et ils purent voir que ceux-ci avaient à quelques choses près les mêmes bibliothèques et les mêmes suites d’instructions. De là à dire que ces programmes étaient des programmes conçus pour être utilisés avec l’implant, il n’y avait qu’un pas.

geralt @ pixabay
geralt @ pixabay

— « Et du coup, on les teste ! demanda Cerise. Après toutes ces semaines à fouiller les paperasses, j’ai trop hâte de faire quelque chose. Et puis, j’aimerais savoir à quoi ils servent, et pourquoi ils étaient gardés dans une partie sécurisée de l’Académie !

— Pas si vite, répondit Quentin. On sait juste qu’ils sont faits pour être utilisés avec l’implant. Mais on ne sais même pas à quoi ils servent.

— Et si on les installait sur des PC sous contrôle, dans un réseau cloisonné ? Comme ça, on pourrait les étudier en toute sécurité ? ajouta Nightowl.

— Oui, mais s’ils ne sont utilisables qu’avec l’implant, ça ne va pas nous apprendre grand-chose de les faire tourner tous seuls.

— Au point où on en est, je suis volontaire pour tester, dit Erin.

— Ça peut être dangereux, dit Quentin. Je ne veux pas que tu y ailles.

— Déjà, je ne pense pas que je sois la seule volontaire. Cerise et les jumeaux sont pour. Et puis, je ne pense pas que l’Académie ait fait des programmes qui soient dangereux pour leurs utilisateurs. Enfin, zombifier les gens, c’est dangereux, mais cela n’a pas d’impact sur leur santé physique. Comme l’a dit Nightowl, le plus grand risque viendrait de mouchards, mais si on cloisonne le tout, il ne devrait pas y avoir de problèmes.

— OK. Ce n’est pas à moi de vous interdire quoique ce soit, du moment que ça ne met pas #freedomnia en péril, répondit Quentin, vaincu. Je vais demander aux gars de vous installer un réseau cloisonné. On étudiera en temps réel les interactions avec le réseau pendant que vous serez dans le programme. »

En quelques heures, #freedomnia avait mis en place une infrastructure de malade. À l’idée de départ, qui consistait juste à cloisonner les programmes, surtout pour éviter des mouchards qui permettraient de les localiser, les membres de #freedomnia avaient mis en place une surveillance poussée des interactions entre le programme et le système d’exploitation.

— « Merci de vous être porté volontaires tous les quatre, leur dit Nightowl. Grâce à vous et aux actions que vous allez faire dans ce programme dont on ignore tout, nous allons vraiment avancer dans la compréhension de l’implant. Tous les appels systèmes et les signaux émis par le programme seront enregistrés. Nous allons aussi suivre tous ce qui se passera sur le réseau. Toutes les informations enregistrables le seront, au cas où ça nous soit utile ultérieurement : mémoire, processus, modifications système, tout.

— Personnellement, je n’étais pas pour, grommela Quentin. Mais puisque vous êtes motivés, autant recueillir le plus d’informations possibles. »

Erin, Cerise, Victor et Alexis se connectèrent.

Et se retrouvèrent dans l’environnement généré par le programme.

Erin voyait des multitudes de rivières volantes, qui s’entrecroisaient les unes les autres. Des rivières numériques, formées d’informations. En se laissant porter par le flot d’une rivière, elle ressentit tout à coup la présence de Cerise. C’était subtil. Elle n’avait pas une fidèle représentation de Cerise devant elle, mais sa représentation numérique. Cela relevait plutôt du ressenti et des sens.

Erin se concentra, et ce qu’elle ressentit la décontenança. Elle n’était plus branchée à l’ordinateur via un périphérique se contentant d’utiliser un programme. Elle avait la sensation de faire un avec l’ordinateur. Se laissant porter d’un côté, et elle pouvait accéder aux données présentes sur le système, d’un autre, et elle pouvait suivre les flux réseau…

Erin suivit pendant un moment ces flux. Elle finit par se heurter à ce que, faute de meilleur terme pour le nommer, on pouvait appeler un mur. Un nombre incalculable de données allaient dans cette direction pour disparaître aussitôt. Ce qui laissa Erin perplexe.

Après avoir tenté de comprendre le phénomène, Erin retourna là où elle avait ressenti la présence de Cerise, et finit par la retrouver un peu plus loin. Après quelques tentatives, Erin se rendit compte qu’elle aussi pouvait émettre des données. Elle tenta d’entrer en contact avec Cerise.

Puis, ce fut le moment de revenir dans le monde réel. Mais comment sortir de ce programme ? Il n’y avait pas de porte de sortie, comme dans les programmes qu’elle avait testés à l’Académie.

Après avoir tâtonné pendant un long moment, Erin finit par retrouver son point de départ, duquel un flux spécial partait en direction de nulle part. Elle suivit ce flux, et se retrouva assise derrière l’ordinateur.

— « Ça va ? s’empressa de lui demander Quentin.

— Ça va, répondit-elle.

— On s’inquiétait pour toi, dit Cerise. Ça fait un petit moment que je suis revenue. Les jumeaux ne sont mêmes pas restés 5 minutes dans le programme. Mais toi, ça fait bien une demi-heure que tu y étais…

— Je me suis un peu perdue, et puis j’ai pas vu le temps passer… Mais maintenant, ça va.

— Raconte-moi ça ! J’ai trouvé ça énorme, lui dit Cerise.

— Ben… C’est un peu compliqué à décrire. J’avais l’impression d’être dans l’ordinateur. De ne faire qu’un avec lui. Je pouvais manipuler les données et les flux juste en me concentrant.

— Une sorte d’interface améliorée ? demanda Quentin.

— Plus que ça, répondit Erin. Je ressentais le tout, j’étais au cœur du truc…

— Et tu voyais quoi exactement ? demanda Cerise. Moi, j’étais sur des routes. Il y avait rien à perte de vue, et des routes qui partaient dans tous les sens. Je n’ai pas osé m’éloigner, de peur de perdre l’endroit d’où je venais.

— Moi, c’était des rivières. Enfin, on pourrait le décrire comme ça… Et sinon, tu as compris lorsque j’ai essayé de communiquer avec toi ?

— C’était toi ? J’ai reçu des messages, mais je n’ai pas trop compris et je ne savais pas répondre.

— En tout cas, je suis content que vous alliez bien, ajouta Quentin. On va faire un debriefing et étudier les données recueillies. On comprendra peut-être mieux ce qu’il s’est passé. »