0x0f.01 - Skins et mods

L’agitation régnait dans le QG. Le test et ses implications étaient tout simplement étourdissants.

Les premières questions se posèrent. Devait-on reprendre le programme de l’Académie, et tenter de le déveroler; retirer tous les mouchards; ou allait-on recréer un programme similaire. La première alternative paraissait à priori plus rapide, mais plus dangereuse aussi : Serait-on capable de supprimer tous les mouchards du code ? Et au final, serait-ce vraiment plus rapide que de tout refaire de zéro ? Resterait-il dans le programme des choses incomprises qui pourraient se révéler dangereuses ou indispensables ?

#freedomnia comptait dans ses membres pleins d’experts sur pleins de sujets, dont les virus, les malware ou l’espionnage. Et de leur point de vue, il n’était pas sûr à 100% de pouvoir supprimer les mouchards d’un programme.

Au final, il fut décidé de recréer un programme à part entière. Évidemment, cela promettait d’être long, mais maintenant que le programme de l’Académie avait été testé et que l’on savait ce dont l’implant était capable, il avait été relativement facile de compléter les inconnues de l’API.

Alexis et Victor se prirent au jeu et participèrent à l’élaboration du nouveau programme. Ils avaient évidemment en tête de faciliter leur interfaçage.

Au bout de quelques jours, Alexis et Victor vinrent voir Cerise.

— « Eh, Cerise, dit Victor. Tu peux venir ? On a quelque chose à te faire tester.

— Encore ? OK. »

Encore une fois, ils amenèrent Cerise dans leur petite pièce à l’arrière et à l’abri de l’agitation.

— « On aimerait que tu testes ça et que tu nous dises ce que tu en penses. »

Cerise s’installa derrière l’ordinateur et connecta son implant.

Et se retrouva dans un monde rose à paillettes. Des nuages volaient de toute part et des rafales de vent lui fouettaient le visage. Elle se laissa porter par le vent sur quelques nuages, d’arc-en-ciel en arc-en-ciel, et s’aperçut qu’elle pouvait, en se concentrant, accéder à des données du système. Elle revint au premier nuage et sortit du programme.

— « Très drôle les garçons. C’était quoi ?

— Tu sais, il y a certains logiciels qui permettent de mettre des skins. Comme certains lecteurs multimédia, dit Victor.

— Tu décores ton logiciel au choix, avec des habillages que tu trouves sur le net, ajouta Alexis. Cela ne modifie en rien le logiciel, qui marche tout pareil, c’est juste que tu le décores à ton goût.

— Ben là, c’est un peu pareil, renchérit Victor. On a demandé à #freedomnia de nous installer une version de test de leur logiciel. Et on teste ses possibilités.

— Bref, ici, tu t’es interfacée avec la machine dans avec une version stylisée par nos soins.

— Et j’ai une tête à aimer le rose, les paillettes et les arcs-en-ciel ? s’amusa Cerise. Pourquoi pas des licornes ?

— On y avait bien pensé, mais on a pas eu le temps avec Victor, et puis, ça ne s’insérait pas bien dans le décor…

— Vous êtes géniaux les gars ! Mais à quoi ça va servir exactement ? demanda Cerise.

— Tout d’abord, ça peut nous aider, Alexis et moi, à nous connecter au système. Si on lui met une skin prédéfinie, ça devrait nous permettre de nous coordonner sur une manière de visualiser l’environnement.

— Et puis, ajouta Alexis, ça peut aussi faciliter l’apprentissage. Si quelqu’un de #freedomnia se dit : «Tiens, j’ai du mal à visualiser les données lorsqu’il s’agit de flux réseau», on peut lui faire une skin qui transforme toutes les datas en nuée d’oiseaux ou en nuage phosphorescent. Comme ça, il pourra les repérer plus facilement, puisqu’il saura à quoi s’attendre…

— C’est cool, les gars. Et vous en avez parlé aux autres ?

— Non, pas encore. On voulait ton avis avant.

— Ben je trouve ça sympa. C’est vrai que dans l’idéal, le mieux serait de laisser le cerveau imaginer tout tout seul, histoire d’être en symbiose avec la machine et le réseau, mais c’est une bonne alternative. »

Ils montrèrent tout ça aux autres, et tout le monde se montra enthousiaste. Erin souhaitait continuer à utiliser le programme tel-quel, sans skin, mais comprenait tout à fait l’utilité de ce qu’avait développé les jumeaux.