0x10.02 - Merci Zara

Les jours suivants, #freedomnia étudia les possibilités. Mais ils tournaient un peu en rond.

domkarch @ pixabay
domkarch @ pixabay

Rien que l’opération en elle-même demanderait des fonds dont ils ne disposaient pas. Et puis, il faudrait connaître du monde dans le milieu, disposer d’un hôpital, d’un chirurgien qui ne poserait pas de questions…

La solution finie par venir de Zara. Après être partie au Maroc, elle avait tenté de retrouver une vie normale. Mais il lui était impossible de ne pas penser à l’Académie et au fait qu’il restait du monde, là-bas, qui n’avait rien demandé.

Elle était entrée en contact il y a peu avec #freedomnia afin de savoir si elle pourrait leur venir en aide, de l’extérieur de l’Europe.

Ils lui avaient exposé leur problème. Zara avait un oncle chirurgien. Assez renommé pour avoir quelques entrées un peu partout. Et une famille qui avait de l’argent et qui était reconnaissante de l’avoir tiré de l’Académie. La famille de Zara proposa à #freedomnia de financer l’opération de Quentin.

Il fut décidé que Zara et son oncle retrouveraient Quentin et Erin à Istanbul. Là, l’oncle de Zara userait de son influence pour avoir accès à un bloc opératoire et du personnel dans un hôpital, pouvoir opérer Quentin sans que l’on ne pose trop de questions.

Des faux papiers furent préparés pour l’expédition, et la petite troupe se grima pour ne pas être reconnaissable. Nightowl et Cerise resteraient au QG.

Au petit matin, Erin et Quentin prirent la voiture avec Fluke et Omen, deux membres de #freedomnia qui assureraient la communication avec le QG. Il avait fallu beaucoup de persuasion à Erin pour convaincre les autres de la laisser partir avec Quentin. En tant que porteuse d’un implant, elle était un atout pour #freedomnia. Mais comme le leitmotiv de #freedomnia était la liberté, ils ne l’empêchèrent pas de partir. Erin leur rappela également que tout le monde laissait Pierre tranquille, alors que lui aussi était porteur d’un implant…

Les membres de #freedomnia finirent par comprendre, et on lui assura qu’on n’était pas à une semaine près, que Cerise était là de toute façon, ainsi que Victor et Alexis.

La route fut facile. L’Académie avait beau avoir le bras long et l’appui des gouvernements, comme il s’agissait d’un organe caché, ils ne pouvaient pas se permettre de mettre tout un pays en état de siège pour retrouver des fugitifs.

Le passage de la frontière fut un peu plus stressant. Mais les faux papiers et les déguisements firent leur travail, et la petite troupe se retrouva en Turquie. Dès le lendemain, ils atteignirent Istanbul. Zara et son oncle les attendait dans un petit hôtel du centre-ville. Quentin ne parlait pas turc, mais grâce à l’oncle de Zara, Fahim, et à Erin et son implant, il pu comprendre ce qu’on lui disait.

Ils suivirent l’oncle de Zara dans un petit hôpital, à la périphérie de la ville, laissant les autres à l’hôtel. Là, l’oncle de Zara fut introduit dans le bureau du directeur. Erin ne voyait que leurs ombres derrière la vitre opaque qui séparait le bureau du couloir. Elle se demandait ce qu’il se racontait, mais ils finirent par voir l’oncle de Zara sortir une liasse de billets de sa poche, la donner au directeur. Peu de temps après, ils sortirent du bureau. L’oncle se rapprocha de Zara, Erin et Quentin.

— « On a trois jours, dit Fahim.

— Comment ça ?! répondit Quentin.

— Il peut nous assurer trois jours de tranquillité. Avec ce que je lui ai donné, il m’a garanti qu’il pourra acheter le silence de ses employés et me donner l’équipement et une équipe pour l’opération. Mais dans trois jours, il préférerait que l’on ait quitté les lieux. Il ne peut pas garantir que l’on ne discute pas dans les couloirs et que le fait que l’on soit là s’ébruite.

— Trois jours, c’est court ! Ça risque de mettre Quentin en danger de se presser autant ! s’exclama Erin.

— Pas plus que tu ne l’as été, répondit Quentin. Tu m’as dit qu’a l’Académie, tu étais sortie de l’hôpital en une journée.

— Oui, mais c’est pas pareil, ils savaient ce qu’ils faisaient avec leur implant. Nous, on en a recréé un de toutes pièces avec des spécifications incomplètes, et avec nos connaissances en physiologie. Mais on n’a aucune idée de ce qu’on fait vraiment…

— Tu es bien défaitiste, Erin. Moi, j’ai confiance en Pierre, qui a recréé l’implant. Alexis et Victor ont même été passer un scanner dernièrement pour que l’on ai l’endroit exact de la puce. Et, j’ai aussi confiance en Fahim, qui a la confiance de Zara.

— OK. »

L’opération se passa bien, et Quentin se réveilla au bout d’une journée. Erin resta à ses côtés tout du long, ne s’éclipsant que pour donner des informations sur la mission et l’état de santé aux membres de #freedomnia restés à l’hôtel, qui relayèrent l’information aux personnes du QG. Au bout de deux jours, Quentin était en pleine forme. Effectivement, Fahim était un as, et l’opération n’avait posée aucuns problèmes. Quentin n’avait l’air de n’avoir aucunes séquelles.