0x14.02 - Plan d'action

Après de nombreuses journées de recherche, le chemin virtuel de l’Académie fut découvert. Enfin, il s’agissait surtout d’une zone du net, où l’on avait repéré un plus gros pourcentage d’étudiants de l’Académie qu’ailleurs. Cela laissait supposer que l’Académie se situait par là.

chiaoyinanita @ pixabay
chiaoyinanita @ pixabay

Cela n’allait pas être facile d’entrer…

— « C’est assez déprimant. On est si peu, et eux si nombreux, dit Cerise.

— Même en allant le plus vite possible, Pierre et son équipe ne pourra pas nous fournir plus du double d’implants que ce que l’on a déjà avant le mois prochain. Et ensuite, il faudra que Fahim et les siens les posent, qu’il y ait la période de convalescence et d’adaptation, puis la formation donnée par Victor et Alexis. Ce n’est qu’ensuite qu’ils seront opérationnels, ajouta Erin.

— Oui, mais je préfère que l’on prenne notre temps et que l’on soit prêts, dit Quentin.

— Oui, c’est vrai, dit Nightowl. Mais si nous attendons trop, ils risquent de trouver notre emplacement sur le réseau et IRL1

La discussion se continua un bon moment. À chaque argument pour une attaque rapide contre l’Académie, venait un argument contre. Et à la fin, on ne fut pas plus avancé.

— « Et si on arrivait à industrialiser la création de l’implant ? demanda Cerise. C’est vrai, quoi ? C’est ce qui nous bloque le plus.

— Oui, mais tu as quoi en tête ? dit Nightowl.

— Je sais pas trop. On pourrait peut-être faire un partenariat avec une industrie électronique du coin ?

— Ça serait un peu repérable… On peut pas simplement débarquer et demander cinq cent exemplaires de l’implant.

— Oui, une seule entreprise se poserait des questions… confirma Quentin.

— Une seule oui, mais des milliers, qui auraient chacune une seule commande, genre commande d’un prototype, ou d’une seule partie de la carte, qui finirait d’être montée ici par Pierre et les autres. Ça pourrait le faire, dit Erin.

— Oui, c’est vrai, dit Nightowl, mais on fait livrer ça là ? Les cinq mille puces ? Le problème est le même.

— Et si on faisait livrer à monsieur et madame tout le monde, dans la région. On commande avec le nom et l’adresse de personnes habitant dans la région. On check quand est ce que c’est livré, et on s’arrange pour récupérer le colis dans la boite aux lettres avant la personne, expliqua Erin.

— Sur le principe, c’est faisable, dit Quentin. Par contre, il nous faut une logistique de fou.

— Ça tombe bien, on a plein de monde ici qui demande qu’à aider et qui se tourne les pouces en ce moment en attendant leur implant. On fait des équipes qui commande le matos, d’autres qui suivent les colis, des équipes qui suivent les livraisons et qui les récupère. En peu de temps, on devrait pouvoir récupérer une bonne quantité d’implants.

— Tu as raison. Bon, y a plus qu’à. », dit Quentin.

Ils mirent du monde sur le coup. Après avoir contacté un bon nombre d’entreprise d’électronique de par le monde, les parties de l’implant furent commandées, et furent montées au QG. Histoire d’accélérer la chose, des membres de #freedomnia se connectèrent au réseau avec leur implant, pour modifier l’ordre des commandes chez les fabricants et faire fabriquer leurs commande en priorité. Une autre équipe s’occupa de tracer en temps réel la livraison des colis. Et quand ceux-ci arrivaient sur leur centre de livraison, un groupe s’occupait de suivre les livraisons et de réceptionner les colis, s’arrangeant pour ouvrir les boites aux lettres et récupérer le contenu avant l’arrivée des propriétaires.

Au bout de deux semaines, ils avaient récupéré suffisamment d’implants pour pouvoir équiper plus de monde que ce qu’ils auraient réussi à faire en deux mois. Ceux-ci à présent, passaient le plus clair de leur temps à finir l’assemblage.

— « C’est cool, les effectifs gonflent, dit Cerise,

— C’était une super idée. Maintenant, il va falloir élaborer un plan d’attaque… dit Nightowl.

— Quelqu’un a une idée ? répondit Erin. Moi, je ne sais pas trop. On est quand même trop peu nombreux. Et puis, même en cas de petites escarmouches, ça reste dangereux…

— Quelqu’un a-t-il remarqué, lorsqu’il est dans le réseau, une sorte de câble qui suit les personnes de l’Académie ? Personne ? dit Cerise.

— Quel câble ? dit Nightowl.

— Ça peut être n’importe quoi pour nous, vu que l’on a pas la même représentation du monde virtuel, dit Quentin.

— Chez moi, on dirait une sorte de câble. J’ai vu qu’il suivait systématiquement les personnes de l’Académie. Au début, j’ai pensé qu’il s’agissait peut-être de quelque chose leur permettant de retrouver leur chemin. Mais en fait, je ne sais pas trop… C’est un peu trop simple. Les membres de l’Académie ne sont pas bêtes au point de ne pas savoir retrouver leur chemin… »

Le groupe réfléchit un moment.

— « Et si ce câble était dû à la routine de contrôle ? dit Erin.

— Oui, possible, acquiesça Quentin.

— Il faut bien que l’Académie garde la main sur eux, même une fois sur le réseau. Et du coup, ce que tu vois, c’est peut-être tout simplement le fameux logiciel de contrôle.

— Cela voudrait dire que sans câble, l’Académie ne les contrôle plus… compléta Cerise.

— Dans ce cas, rompons tous les câbles que nous verrons ! dit Quentin. Enfin, quelque que soit la représentation que nous en auront.

— Pas si vite, dit Nightowl. Déjà, nous ne sommes même pas sûr que ce soit ça. En plus, si on libère un étudiant sous contrôle, que va-t-il faire tout seule là-bas ?

— Ah oui, répondit Quentin. On ne peut pas juste couper les câbles et partir…Ce serait comme les condamner. Ils vont se retrouver à l’Académie, en étant les seuls libérés, et en ne sachant même pas ce qu’ils étaient en train de faire et pourquoi. »

Après un grand débat sur la question, il fut décidé qu’on tenterait quand même de couper les câbles, mais qu’on entrerait directement en contact avec les étudiants ensuite. Ne serait-ce que pour leur expliquer ce qu’il se passe. Et que cela se ferait lors d’une action de grande envergure.

Une fois libérés, les étudiants auraient toute latitude d’agir au sein d’une Académie qui n’envisageait pas que l’attaque puisse venir de l’intérieur. Mais ils risqueraient rapidement de se faire démasquer et ils étaient toujours enfermés physiquement là-bas...

Des alliés dans la place, ce serait vraiment pratique. Cela réduirait un peu le déséquilibre d’être aussi peu nombreux. Les membres de #freedomnia se disperseraient sur le réseau, en petits groupes, et à la manière des guérillas, devaient tenter de petites échauffourées sur les groupes de l’Académie rencontrés, afin de les occuper et de les isoler.

Un deuxième groupe, resté à l’arrière, devait s’attaquer aux câbles. Cela devrait alors permettre de communiquer ensuite avec les étudiants. Et il était tout à fait envisageable que ceux-ci apportent leur soutien à la cause de #freedomnia après avoir été brimés et privés de leur liberté pendant ces derniers mois.

Par contre, cette première phase du plan ne devait pas durer trop longtemps. Une demi-journée tout au plus. La libération des étudiants de l’Académie devait suivre rapidement, pour que les étudiants libérés ne se fassent pas découvrir.

Ils attaqueraient également virtuellement l’Académie, car il fallait mener l’attaque sur tous les fronts possibles. L’attaque avait plusieurs rôles. Le principal était de faire diversion. Mais si ça marchait mieux que prévu, les attaquants pourraient tenter d’accéder le plus loin possible dans le réseau de l’Académie, et pourquoi pas, s’en rendre maître.

Le second rôle de cette attaque était de faire une diversion suffisante afin de permettre au groupe d’étudiants à intérieur de l’Académie de s’éclipser en douce. Ils pourraient alors désactiver le plus de générateurs possibles, afin de rétablir la circulation entre l’intérieur et l’extérieur de l’Académie.

Certains membres de #freedomnia se rendraient sur place et attendraient à l’extérieur. Si la barrière tombait, cela permettrait d’accéder aux locaux, et de là, d’accéder aux salles serveurs et de libérer les étudiants, directement, via les machines de l’Académie.

Une fois les étudiants libérés, les forces de l’Académie seraient réduites à néant. Il serait alors temps pour #freedomnia d’endiguer toute panique et d’expliquer aux gens ce qui s’était passé.

Enfin, en théorie. Tout reposait sur la libération et la coopération des étudiants. C’était un pari risqué, mais ils n’avaient pas de meilleur plan.

Les équipes furent faites. Les centaines de membres ayant reçu l’implant et la formation s’étaient portés volontaires pour l’attaque virtuelle. Cerise, Erin et Quentin feraient partie de ce groupe.

Initialement, Cerise souhaitait faire partie du groupe qui se déplacerait à l’Académie. Mais après réflexion, elle s’était rendu compte qu’elle serait beaucoup plus utile si elle participait à l’attaque virtuelle. Son habitude de l’implant et ses compétences feraient grandement défaut si elle ne participait pas.

Nightowl partirait à l’Académie pour coordonner l’action.

Fahim avait décidé de partir avec Nightowl, au cas où il y aurait des blessés. Mais Zara avait décidé de rester avec une petite équipe dans les locaux de #freedomnia. Si des personnes se faisaient déconnecter, il faudrait du monde pour gérer…


  1. NdA, In Real Life, dans la vraie vie.