0x16.01 - Epilogue

Le QG de #freedomnia dans le petit hôpital moldave plus vraiment désaffecté grouillaient de vie. Dans un coin, Cerise, Erin, Quentin, Phyl, Zara, Fahim et les autres, conversaient tranquillement.

NickyPe @ pixabay
NickyPe @ pixabay

— « Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? J’ai passé tellement de temps à attendre ce moment que je me sens un peu désœuvré, dit Quentin.

— Ce n’est pas fini, répondit Nightowl, on ne sait toujours pas qui est derrière tout ça. Et puis, on n’a pas retrouvé la trace de M. Kowalczyk avant que l’armée ne débarque.

— Ni de M. Garceau. Ça a été le vrai chaos à ce moment-là, dit Phyl, en serrant Cerise dans les bras.

— Oui, répondit Erin. Mais comme les étudiants étaient libres, ils n’ont pas pu faire grand-chose à faire pour récupérer le contrôle… Ils ne pouvaient pas ordonner à l’armée de massacrer 7000 étudiants sans défense.

— Ce qui m’inquiète, c’est qu’on a pas pu rester jusqu’à la fin, dit Erin. Du coup, on ne sait pas trop ce qui s’est passé pour la plupart des étudiants. Ont-ils pu retourner chez eux ?

— Oui, c’est encore le flou, répondit Nightowl, mais #freedomnia y travaille en ce moment. Avant de devoir fuir devant l’armée, on a réussi à récupérer la base de données des étudiants. En ce moment, on les recherche pour savoir s’ils sont bien rentrés sains et sauf chez eux.

— Et aussi, ajouta Quentin, pour être sûrs que l’Académie ne leur a pas remis la main dessus.

— Vous avez eu des nouvelles de Fabien, au milieu du lot ? dit Cerise. J’ai un petit compte à régler avec lui.

— Non, pas de nouvelles, dit Quentin.

— Après tout, on s’en fout, dit Phyl. Personnellement, je ne voulais pas voir le mal qu’il y avait là-bas, je serais bien mal placé pour le blâmer.

— Toi c’est différent, lui dit Erin. Tu as toujours été réglo. Tu n’as pas cherché à nous trahir.

— Oui, mais si je t’avais fait confiance… J’aurais dû partir avec vous, au lieu de vous mettre des bâtons dans les roues.

— Tu ne pouvais plus… Enfin, ce qui est fait est fait, trancha Cerise. Je suis d’avis d’oublier tout ça et de tenter de revenir à une vie normale.

— Je suis désolée de te contredire, dit Nightowl, mais je pense que la vie normale, ce n’est pas pour nous, ni pour demain. Ce n’est pas parce que l’on a libéré les étudiants de l’Académie que le cerveau de l’opération a été arrêté. M.Kowalczyk n’était qu’un pion. On ne sait toujours pas qui tirait les ficelles.

— Oui, et comme notre signalement est connu, ça serait dangereux de revenir tout simplement chez nous, ajouta Quentin. Je te rappelle qu’ils n’ont pas hésité à faire taire certains de mes collègues. La fermeture de l’Académie ne fait que ralentir leurs plans.

— Surtout que les locaux sont toujours entre leurs mains… ajouta Alexis.

— Les locaux, oui, mais sans les étudiants. En plus, la presse s’est emparée de l’affaire, les gens ne vont pas se laisser faire quand même ? Le scandale va éclater au grand jour ! dit Cerise.

— Il sera vite étouffé, dit Victor. Ils vont faire sauter quelques pantins, et lorsque l’opinion publique sera calmée, ils pourront recommencer leurs tests là où ils en étaient. Nous avons juste libéré ces étudiants-là, mais nous n’avons pas pour autant fait disparaître le plus important, les plans de l’implant…

— Du coup, le combat continue ? dit Cerise.

— Oui, le combat continu. Sans compter qu’il y a encore toutes ces personnes qui ont tout donné pour sauver ces jeunes de l’Académie, et qui sont encore dans le coma, ajouta Quentin, en regardant au fond de la salle.

— D’après ce que j’ai compris, leur esprit vagabonde toujours sur le réseau. Ce ne sont que des corps vide, sans aucun esprit à l’interieur... On a réussi à en retrouver quelques-uns et à leur faire réintégrer leur corps. Une fois le corps réintégré, la remise en marche est longue, mais ils ne devraient pas avoir de sequelles. Il va nous falloir juste assez de patience pour les retrouver tous, si on peut…, dit Fahim. Des équipes de volontaires sillonnent actuellement le réseau.

— Du coup, tout va pour le mieux, dit Erin.

— Oui, tout va pour le mieux, répondit Quentin. Mais les autorités qui ont demandé tout ça sont encore là. Et tant qu’elles seront là, #freedomnia restera prêt. »