Cloner un disque dur sous Ubuntu

Que ce soit suite à l'achat d'un nouveau disque, pour faire une sauvegarde, ou toute autre raison, vous souhaitez copier, à l'identique, le contenu d'un disque dur ou d'une clef USB. Mais, comme on n'est jamais trop prudent, le mieux est de s'assurer de ne rien toucher à l'original. On vous montre comment faire sous Ubuntu Desktop.

Lors d’une expertise, lorsque nous devons mener une investigation sur une pièce d’un dossier, il est important de la conserver intacte.

Imaginez-vous… Vous ouvrez votre scellé, vous branchez le disque dur qu’il contenait. Une fausse manipulation, et hop ! Des pièces à conviction disparaissent...

Disque dur
Disque dur

Avant toute action, il est donc indispensable de copier les disques durs et autres clés USB, afin de pouvoir travailler sur ces copies l’esprit tranquille.

Nous allons donc vous montrer comment vous y prendre en utilisant Ubuntu.

On commence par désactiver le montage automatique. Ensuite, nous allons faire une empreinte cryptographique du périphérique avant de copier celui-ci grâce à dd. Grâce à l’empreinte cryptographique, on peut ensuite vérifier que la copie s’est bien passée.

Désactiver montage automatique

Ne branchez pas votre disque tout de suite !

Afin d’éviter de modifier quoi que ce soit sans le faire exprès, la première chose à faire est de désactiver le montage automatique. Pour cela, on a besoin d’installer le paquet dconf-editor

sudo apt-get install dconf-editor

dconf-editor est un outil en interface graphique, permettant de gérer les variables de configuration. L’outil en ligne de commande équivalent est gsettings.

Lancer dconf-editor. Naviguez jusqu’à org.gnome.desktop.media-handling. De là, vous pouvez désactiver le montage automatique des media amovibles, en passant automount de I à O.

configuration via dconf-editor
configuration via dconf-editor

Repérer son disque

Vous êtes à présent sûr que votre disque ne va pas se monter tout seul, et qu’une mauvaise manipulation ne pourra pas modifier quoique ce soit. Vous pouvez donc brancher votre disque.

Éteignez votre PC, branchez votre disque, redémarrez.

Vous allez devoir repérer à quel périphérique correspond votre disque. Pour cela, on utilise fdisk, auquel on demande de lister toutes les partitions existantes.

sudo fdisk -l

Les disques dur SATA et SSD sont dans /dev/sd…, les disques IDE /dev/hd…. Servez-vous de vos connaissances sur votre disque dur pour le retrouver (en utilisant sa taille, l’OS installé…).

Par exemple : je cherche à repérer une clef USB de 32Go contenant mes données à investiguer…

Après avoir fait appel à fdisk, je repère deux périphériques intéressants, l’un dans /dev/sda et l’autre dans /dev/sdb. En observant les détails, notamment la taille et l’OS, je peux me rendre compte que le disque dur SSD de 240Go sur lequel tourne mon Linux se trouve dans /dev/sda et que ma clef USB qui fait 32Gb, formattée pour Windows, se trouve dans /dev/sdb.

Disque /dev/sda : 223,6 GiB, 240057409536 octets, 468862128 secteurs
Unités : secteur de 1 × 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets
Type d'étiquette de disque : dos
Identifiant de disque : ----

Périphérique Amorçage Début       Fin  Secteurs Taille Id Type
/dev/sda1    *         2048 468860927 468858880 223,6G 83 Linux

Disque /dev/sdb : 29,3 GiB, 31457280000 octets, 61440000 secteurs
Unités : secteur de 1 × 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets
Type d'étiquette de disque : dos
Identifiant de disque : ----

Périphérique Amorçage Début      Fin Secteurs Taille Id Type
/dev/sdb1    *           64 61439999 61439936  29,3G  b W95 FAT32

L’affichage utilisant des GiB, soit des Gibibytes, les valeurs sont légèrement inférieures à celles en Go.

Calculer la somme de contrôle

Afin de pouvoir vérifier si des données ont été modifiée, on va en calculer la somme de contrôle. En comparant le résultat avant et après la manipulation, on contrôlera qu’aucune donnée n’a été altérée.

On utilisera la fonction de hachage sha256sum, couplée à dd. D’un côté, car elle est installée par défaut sur Ubuntu, et d’un autre car l’ANSSI la recommande pour les empreintes cryptographiques.

RègleHash-2.Pour une utilisation au-delà de 2020, la taille minimale des empreintes générées par une fonction de hachage est de 256 bits.

Le mécanisme de hachageSHA-256 défini dans le FIPS 180-2 est conforme au référentiel.

Référentiel Général de Sécurité, ANSSI

En mettant en entrée (if) votre périphérique et en envoyant la sortie sur sha256sum, on obtient l’empreinte SHA-256 du périphérique.

sudo dd if=device |sha256sum 

Dans le cas de ma clef USB.

time sudo dd if=/dev/sdb |sha256sum 
61440000+0 enregistrements lus
61440000+0 enregistrements écrits
31457280000 bytes (31 GB, 29 GiB) copied, 1773,13 s, 17,7 MB/s
e3375bb22d59233757cbcb24d7f4ffa7b25eaff40e60e40f42f3a22435bf2655  -

real    29m33,203s
user    12m44,728s
sys    4m15,840s

En utilisant time, on peut se rendre compte que pour calculer l’empreinte de ma clef de 32Go, il a fallu 30 minutes environ. Bon à savoir lorsque l’on aura un disque de 1To.

Copier le disque

On a branché le périphérique, en s’assurant qu’on ne pouvait pas faire de bêtises et on a fait une empreinte, il ne nous reste plus qu’à le cloner. Pour cela, on utilise encore une fois dd avec la commande suivante :

sudo dd if=device of=fichier.iso conv=notrunc,noerror status=progress

Où les paramètres ont le sens suivant :

Toujours dans le cas de ma clef USB

time sudo  dd if=/dev/sdb of=clef.iso conv=notrunc,noerror status=progress
31444406272 bytes (31 GB, 29 GiB) copied, 1981 s, 15,9 MB/s
61440000+0 enregistrements lus
61440000+0 enregistrements écrits
31457280000 bytes (31 GB, 29 GiB) copied, 1981,74 s, 15,9 MB/s

real    33m4,898s
user    1m36,367s
sys    11m27,615s

Notez que ça m’a pris encore une demi heure…

Vérifier l’intégrité

Notre copie est faite, nous allons calculer une nouvelle empreinte du périphérique, afin de vérifier que celui-ci n’a pas été altéré pendant la copie. Profitons-en également pour vérifier que la copie est bien conforme à l’originale.

Pour cela, on réutilise tout simplement la commande de tout à l’heure, sur le périphérique, puis sur sa copie. Et enfin on compare les empreintes.

sudo dd if=device |sha256sum 

Sur la clef, afin de s'assurer qu'il n'a pas été touché.

time sudo dd if=/dev/sdb |sha256sum 
[sudo] Mot de passe de arsouyes : 
61440000+0 enregistrements lus
61440000+0 enregistrements écrits
31457280000 bytes (31 GB, 29 GiB) copied, 1755,58 s, 17,9 MB/s
e3375bb22d59233757cbcb24d7f4ffa7b25eaff40e60e40f42f3a22435bf2655  -

real    29m18,712s
user    10m34,172s
sys    3m37,959s

Puis, sur l'iso pour vérifier que la copie est bien conforme à l’original :

time sudo dd if=clef.iso |sha256sum
[sudo] Mot de passe de arsouyes : 
61440000+0 enregistrements lus
61440000+0 enregistrements écrits
31457280000 bytes (31 GB, 29 GiB) copied, 1111,31 s, 28,3 MB/s
e3375bb22d59233757cbcb24d7f4ffa7b25eaff40e60e40f42f3a22435bf2655  -

real    18m34,487s
user    10m2,526s
sys    3m56,255s

Ici, bingo, elles sont bien identiques.

Une donnée altérée serait détectée par un sha256 différent :

Vous pouvez aussi mettre l’empreinte initiale dans un fichier (par exemple Initial_CHECKSUM) et calculer l’empreinte avec l’option -c comme suit :

sudo dd if=device | sha256sum -c Initial_CHECKSUM

device est soit votre fichier iso, soit votre périphérique (en fonction de ce que vous voulez faire).

Si l’empreinte est la même, vous aurez un joli petit OK en sortie, mais si l’empreinte diffère, vous obtiendrez un FAILED suivit de sha256sum: WARNING: 1 computed checksum did NOT match.

Et après

Maintenant que vous avez une copie toute belle de votre périphérique, vous allez pouvoir replacer votre original dans son petit sachet et refermer votre scellé.

Si vous n’êtes pas expert judiciaire et que vous n’avez pas à gérer de scellés, vous pouvez quand même être fier de ne rien avoir modifié sur votre disque original.